Ly Thanh Tiên

Ly Thanh Tiên

On pourrait le qualifier d'intermédien, puisqu'il performe en danse et en poésie, au milieu de machines sonores et d'images. Il a inventé notamment :

des DIAPOEMES (diapos à base de colles et de couleurs) et des ECRITURES-LASER à commande sonore

un SILENSOPHONE, appareil à synthèse acoustique virtuelle pour une polypoésie combinant électronique et organe vocal

un CINEMA IMPROVISE AMBULANT, avec images (films, diapos, vidéos) et installations acoustiques

des ANIMAXES, automates animaux produisant sons et mouvements

un PHONODRONE, véhicule de reconnaissance, équipé pour la musique et la poésie sonore, utilisé dans Bibliothèques, Médiathèques, Tours Cyclistes et Fanfares Publiques.

Ly Thanh Tiên produit ses propres outils, à l'occasion de ses différents passages dans des structures novatrices ou exigeantes. Le point de départ a été sa collaboration, en 1988, avec Philippe Prévot, compositeur de l'IRCAM et créateur d'un Espace Musical Interactif, le Corps Sonore destiné à l'Exposition IMAGES DU FUTUR à MONTREAL.

Il a joué aux côtés de Michel Doneda (sax), Lê Quan Ninh (perc.), Michel Mathieu (acteur), Nicole Bloom et Pascal Delhay (danseurs), Camel Zekri (g.), Paul Rogers (cb), Dominique Répécaud (el. g.), Atau Tanaka (informatique musicale Bio-Muse), METAMKINE (cinéma expérimental), Christian Monsarrat (vidéo), Vincent Geais, Jean Palandre, Marc Pichelin (musique électroacoustique), David Chiesa (cb), Estelle Beugin et Valérie Lamblin (arts du cirque)...

Il est membre de LA FLIBUSTE et du groupe ABÎME, 2 réseaux d'artistes intermédias avec lesquels il multiplie performances, actions de terrain, stages, classes culturelles et résidences-créations intitulées SCENES TEMPORAIRES. Il a à son actif une quarantaine de créations, dont 10 pièces de théâtre et une trentaine de performances et concerts-performances.

Il intervient en France, à New-York, Montreal, Genève..., dans 8 types d'événements : danse improvisée, poésie sonore, musiques (instrumentale, informatique, électro-acoustique...), cinéma expérimental, technologies interactives, théâtre de rue et arts provisoires, scènes intermédias, livre et littérature.

De plus en plus, il privilégie les rencontres improvistes, dans des contextes et des circuits hors-professionnels.